Skip to main content
Allocougar
Allocougar

Les cougars divorcées peuvent se rassurer. Le divorce évolue, il peut être désormais synonyme de développement personnel. C’est ce qu’explique le sociologue François de Singly dans son livre Séparée, vivre l’expérience de la rupture. Dans 75 % des cas, les femmes sont à l’initiative du divorce. Cette décision signifie une volonté de s’épanouir pleinement et ne pas rester enfermées dans un couple qui ne leur corresponde plus. Voici quelques leçons à retenir dans cette évolution des mentalités (à vrai dire bénéfique pour tous).

femme mûre : vive l'après divorce !

Les femmes divorcées ont désormais un consentement familial beaucoup plus important. Elles peuvent en effet compter sur le soutien de leurs proches pour mener à bien cette nouvelle étape de leur vie. En effet, elles ont désormais la possibilité de vivre des relations sans lendemains. Après le divorce, les épouses ont souvent des relations avec d’autres hommes, car elles ne sont plus liées par un lien conjugal. Les couples qui divorcent ont souvent des difficultés à se remettre ensemble, car ils ont perdu la confiance et l’intimité qu’ils avaient autrefois.

Une nouveauté historique

Dans un entretien accordé à Psychologies, François de Singly développe cette idée du divorce par développement personnel : « Si les femmes se séparent aujourd’hui, ce n’est plus seulement pour échapper à un étouffement. C’est aussi pour se développer, se retrouver. Le plus souvent, elles provoquent même la rupture sans avoir de reproches majeurs à formuler à leur partenaire. Si ce n’est celui de ne pas suffisamment contribuer à la réalisation d’elles-mêmes. Le couple devient alors, pour ces femmes, une étape de construction de soi et le divorce, une occasion de reconquête de soi et d’émancipation. » Autrement dit, la priorité est avant tout de continuer à vivre, de faire de nouvelles expériences et ne pas rester à tout prix planqué dans un couple. Elles ne veulent plus rester dans un couple simplement parce qu’elles ont peur de l’inconnu ou parce qu’elles ne veulent pas blesser leur conjoint. Au contraire, elles voient le divorce comme une opportunité de reconquérir leur liberté et d’explorer ce que la vie a à offrir. Encore une fois, ce n’est pas parce que vous êtes marié que vous devez rester dans une relation avec votre conjoint. Si vous ne ressentez plus de désir pour lui ou si vous avez envie d’explorer d’autres horizons, il n’y a rien de mal à cela.

Quand l’amour n’existe plus

Cet état de fait part d’un constat. En dépit de la qualité d’une relation et de sa longévité, elle est aussi soumise à l’usure. La passion peut disparaître. Chacun peut évoluer de son côté. Quand on est une femme mûre, on a accepté l’idée d’avoir plusieurs amours dans sa vie. Le divorce est alors un moyen d’oser, d’aller plus loin et de vivre ce qu’on a envie. Mettre alors fin à une relation même si cela peut être douloureux ne doit pas être vécu comme un échec. Selon François de Singly, « il ne faut pas voir cette période de façon négative. » C’est une période plus précisément de mutation, de renouvellement… et, bientôt, de rencontres. C’est un moment important de la vie, certes, mais cela n’a rien à voir avec la fin d’une histoire. Il s’agit au contraire du début d’une nouvelle étape qui peut être riche en émotions et en expériences positives. Pour beaucoup de couples, le fait de se marier représente une reconnaissance officielle et légale de leur amour. Cela peut être important pour eux, car cela signifie que leur relation est reconnue par la société et qu’ils ont les mêmes droits que les autres couples. Le fait d’avoir des relations régulières peut renforcer les liens entre les partenaires et créer une intimité plus forte.

À lire absolument :   Comment exorciser son ex pour de bon !

« On s’est aimé comme on se quitte »

Autre fait que souligne le sociologue de la séparation : la rupture, violente ou en douceur, est à l’image de ce qu’a été le couple. Une femme qui a privilégié le « nous » à son propre épanouissement personnel (son « je ») peut mettre plus de temps à sortir d’une relation insatisfaisante. Par contre, les divorcées, après avoir traversé une telle épreuve, savent davantage ce qu’elles veulent et ce qu’elles attendent d’un nouveau partenaire. Moins naïves, elles peuvent expliquer dès le début aux jeunes hommes qui elles sont et ce qu’elles souhaitent. On perd peut-être en romantisme gratuit, mais on gagne sûrement en qualité de relation. Si le couple était insatisfaisant, il y a de fortes chances que la rupture soit violente. Par contre, si le couple était épanouissant et satisfaisant, il y a de fortes chances que la rupture se fasse en douceur. Quant à la prestation compensatoire, elle est due au conjoint qui a subi une perte de revenu suite à la rupture du lien conjugal. Cette prestation doit être calculée en fonction de la durée du mariage, des ressources actuelles et futures des époux ainsi que leur capacité à gagner leur vie. Le notaire sera chargé de faire les calculs nécessaires pour déterminer le montant exact de cette prestation.